Il y a 70 ans, le 8 mai 1945 : Massacres de Sétif, de Guelma et de Kherrata.

« Peuple français tu as tout vu, Oui tout vu de tes propres yeux, Et maintenant vas-tu parler ? Et maintenant vas-tu te taire ? Kateb Yacine Le 8 mai 1945, la France est officiellement libérée de l’occupation nazie. Le 8 mai 1945, l’armée française massacre les Algériens à Sétif, à Guelma, à Kherrata. Huit jours plus tôt, le premier mai, lors de la manifestation des travailleurs, le sang avait déjà coulé à Oran et à Alger. Motif : la présence d’un drapeau algérien. Il est encore tôt ce 8 mai 1945, tout juste neuf heures du matin, lorsque les pancartes « vive l’Algérie libre et indépendante » sont brandies dans les rues de Sétif.… Lire la suite

La situation au Mexique

Les camarades de Table Rase et Never Walk Alone ont organisé il y a quelques semaines une conférence sur la situation actuelle au Mexique, elle est maintenant en ligne, visible par tous. Table Rase est une association marxiste d’échanges et de débats invitant régulièrement des militants qui ont écrit sur des questions précises ou qui participent aux luttes dans leur pays. Les conférences sont régulièrement mises en ligne sur le site internet de Table Rase. L’association publie également des fiches de lecture, fait le lien entre différentes organisations révolutionnaires via Le Fil Rouge (parmi lesquelles Union Pour le Communisme entre autres) et ils ont également publié en brochure l’une de leur conférence, le but étant qu’elles le soient toutes.… Lire la suite

Vive la lutte des révolutionnaires partout dans le monde !

Tract diffusé lors de la manifestation de Lyon du 04/10/2014. L’État français, allié aux Etats-Unis, prétend intervenir en Irak, en Syrie et au Kurdistan dans l’intérêt des populations confrontées à ce monstre que leur politique au Moyen-Orient a enfanté : le prétendu « État islamique », le « Daesh ». En dépit de son affichage humanitaire, de sa soit disante opposition à la « barbarie », cette intervention occidentale, appuyée par les pires régimes réactionnaires de la région, gêne les efforts concrets de résistance sociale et militaire des militant-e-s progressistes et révolutionnaires d’Irak, de Syrie et du Kurdistan. En fournissant armements et appui militaire au gouvernement central irakien de Haïder al-Abadi (Parti islamique Dawa) et au gouvernement régional du Kurdistan d’Irak de Massoud Barzani (PDK), la «  coalition contre Daesh » arme et appuie des ennemis des femmes, des travailleurs-ses et de tous‑tes ceux et celles qui refusent divisions nationales, confessionnelles et fondamentalisme religieux.… Lire la suite

Contre les atrocités de l'EI, soutenons les révolutionnaires !

Depuis plusieurs mois, l’EI (« État islamique »), ou Daesh, fait régner la terreur en Irak comme en Syrie. Sur le terreau de dizaines d’années de privations,  de la répression qu’a imposé Bachar el Assad à son peuple tout comme celle qu’a fait subir les Américains et leurs alliés aux irakiens, son importance est allée en grandissant ces derniers mois. Hollande et les dirigeants des pays occidentaux, des mois après la proclamation de l’EI, parlent d’une nouvelle intervention en Irak. Mais, malgré les apparences, cela n’a rien à voir avec les populations torturées, tuées et violées ; au contraire, il s’agirait pour les États occidentaux de reprendre le contrôle de terres où le pétrole coule à flot.… Lire la suite

Coupe du monde au Brésil : la fête ?

L’injonction, ces dernières semaines, était partout. La fête. Il faut faire la fête et se taire. Platini, le président de l’UEFA, Dilma Roussef, la présidente du Brésil, mais également Neymar, star de l’équipe nationale du Brésil, l’ont dit aux brésiliens : les revendications viendront plus tard. Après la fête. L’injonction se fait alors menace. La police militaire brésilienne cogne, tire, gaze ; on assassine dans les favelas. Au soir du premier match, sur la plage de Copacabana, lorsque la Croatie a marqué, une petite partie du public brésilien a explosé de joie. C’est que, malgré les coups, les réprimandes, l’hystérie autour de l’équipe nationale, certains brésiliens ont la fête amère.… Lire la suite

crimée châtiments du drapeau rouge

Le cas de la Crimée -et de manière générale la situation ukrainienne- pose un défi d’interprétation et de positionnement aux analystes révolutionnaires. Alors qu’une partie de l’attention médiatique est concentrée, inquiète, sur une situation potentielle de guerre, les organisations de classe européennes n’en donnent pas leurs termes d’interprétation et laissent dominer ceux, bourgeois, de journalistes pénétrés de bonnes intentions. Pourtant : des mouvements de masse spontanés, un référendum aux résultats déraisonnables, la partition d’une république autonome. À ce stade, les événements de Crimée ne méritent pas le snobisme des révolutionnaires. Les situations sociales ne s’analysent pas en termes nationaux Les situations sociales ne s’analysent pas en termes nationaux.… Lire la suite

Espagne : ripostons toutes et tous face à une loi contre l'avortement qui fragilise toutes les femmes !

La rage est profonde parmi les femmes et la population de toute l’Europe à l’annonce du projet de loi du gouvernement espagnol visant à supprimer purement et simplement le droit à l’avortement.   Si cette loi venait à être adoptée, la pratique de l’IVG serait passible d’une peine d’emprisonnement pour les médecins. L’avortement ne sera toléré qu’en cas de viol (jusqu’à la 12e semaine) ou d’existence d’un «danger pour la santé physique et psychique». Même dans ces situations, un véritable parcours de la combattante sera nécessaire pour démontrer que l’une de ces exigences est remplie : communication d’une plainte formulée en cas de viol, avis de deux médecins pratiquant dans un centre autre que la clinique où a lieu l’opération en cas de difficulté de santé.… Lire la suite

Egypte : vive la lutte des exploités contre le régime, pour la révolution sociale !

Le mouvement des masses d’Egypte se poursuit et franchit chaque jour des caps plus décisifs contre l’oppression, la misère, la ségrégation sexuelle et l’oppression religieuse. La colère se concentre sur le président démocratiquement élu Morsi, tandis que le régime présente les mêmes signes de délitement que ceux qui s’observaient juste avant le départ du dictateur Moubarak. De fait, la démocratie bourgeoise n’a permis de résoudre aucun des problèmes qui avaient conduit au soulèvement de la population contre la dictature : il faut en tirer les leçons ! Les foules innombrables qui se réunissent dans les rues des villes sont attaquées par des bandits à la solde du parti des « Frères Musulmans », tirant à balles réelles sur les manifestants.… Lire la suite

Erdogan 10 ans ça suffit, Démission !

Ils sont des milliers dans le quartier Taksim à Istanbul ou au parc Kugula à Ankara a crier ce slogan après la répression brutale par les forces de police du mouvement. Depuis le 31 mai 2013, deux manifestants sont morts, il y a plus de 5000 blessés et 1700 arrestations. Le parti au pouvoir l’AKP (Parti de la justice et du développement), et à sa tête le premier ministre Erdogan, multiplie les provocations pour tenter de saboter le mouvement de contestation. La police anti-émeute utilise les canons à eaux, vise à tir tendu et infiltre les manifestants avec des casseurs pour décrédibiliser la lutte.… Lire la suite

Mali : à bas la guerre, à bas l'hypocrisie capitaliste !

«Nous avons fait des dizaines de morts, même une centaine de morts parmi les islamistes à Konna. Nous contrôlons la ville totalement. » a déclaré, dès le premier jour, un officier de la « coalition franco-malienne » dont les opérations ont été déclenché le 11 janvier dernier.         La première journée, ces opérations avaient donc occasionnées un nombre de morts déjà considérable. Il s’est multiplié dans les jours qui ont suivi. Mais nous posons la question au gouvernement français : comment cette « coalition » –  en fait les avions et les unités opérationnelles de la cinquième puissance mondiale appuyés par une armée malienne faible et putschiste  – peut affirmer que l’ensemble des personnes tuées sont des « islamistes », alors qu’elle est incapable de nous dire si elle en a tué des dizaines ou des centaines ?        … Lire la suite