Déclaration commune de l’Alternative Communiste en Irak et de l’UPC

Par cette déclaration commune, l’Alternative Communiste en Irak et l’Union Pour le Communisme souhaitent affirmer dans la période actuelle : – que le capitalisme porte une lourde responsabilité en augmentant considérablement la vulnérabilité de la population mondiale face au COVID-19 – que la pandémie, conjuguée à la récession économique, est un révélateur des antagonismes de classes – que les luttes et les organisations de la classe ouvrière doivent se placer dans une perspective révolutionnaire et internationale. La pandémie a causé une désorganisation du système économique qui prouve l’incapacité du marché à régler la situation. En reprenant la production pour des produits futiles au lieu de protéger leurs salarié·e·s ou de ré-orienter leurs activités vers des productions essentielles, les entreprises ont confirmé leur nocivité. Selon le Programme Alimentaire Mondial, la famine pourrait toucher 265 millions de personnes en 2020, au lieu de 135 en 2019, à cause des dysfonctionnements dans l’approvisionnement des productions nécessaires à l’agriculture et des denrées.… Lire la suite

place Tahir Irak
Comme nous l’avons déjà fait à trois reprises, nous publions ici un texte de nos camarades de l’Organisation pour une Alternative Communiste en Irak. Ce texte est écrit le 3 janvier à la suite du bombardement contre Soleimani et nous partageons son analyse de la situation. De temps à autre, dans une démonstration de force, des affrontements militaires ont lieu en Irak entre l’Amérique et l’Iran via ses milices en Irak. Ces affrontements ont culminé [le 3 janvier] lorsque l’Amérique a assassiné Qassem Soleimani, Abu Mahdi Al-Muhandis et d’autres personnes lors d’un bombardement aérien à l’aéroport international de Bagdad. L’histoire des pratiques et des politiques impérialistes américaines en Irak se caractérise par des crimes de guerre, la destruction et l’occupation, la famine, le blocus économique et l’utilisation d’armes mortelles contre un peuple qui se trouve à des milliers de kilomètres, les massacres ainsi que par le déchaînement de monstres terroristes comme Al-Qaïda ou l’Etat islamique qui tuent en Irak et dans la région. L’emprise de l’Amérique sur le sort des masses en Irak depuis de nombreuses années ainsi que ses interventions militaires ont imposé à ces masses une défaite matérielle et morale, la misère économique et sociale par ses politiques néo-libérales et la démolition des structures de la société ; elle a abouti à créer les conditions propices à l’esclavage des femmes et à la division de la société selon de prétendues « composantes » religieuses et ethno-religieuses sectaires qui ont instauré et renforcé un système de quotas politiques, religieux et nationalistes. Cette dernière manifestation d’arrogance américaine s’ajoute aux crimes que les États-Unis commettent en Irak depuis des années ; elle constitue une violation flagrante de la « souveraineté » et de « l’indépendance » de l’Irak dans le contexte de l’ordre mondial bourgeois. La République islamique d’Iran, fondée sur les exécutions sommaires, les assassinats et l’esclavage, ce régime contre-révolutionnaire qui opprime les masses depuis plus de quatre décennies, est la muraille de l’Islam politique dans la région du Moyen-Orient et l’une de ses plus puissantes forces terroristes.… Lire la suite

Liberté et abandon des poursuites pour Omar Radi et tous les prisonniers politiques !

Journaliste et militant révolutionnaire Omar Radi, a été arrêté hier après-midi (26 décembre 2019) à Casablanca et placé en détention préventive jusqu’à son procès le 2 janvier 2020. Le chef d’inculpation retenu est celui d’outrage à magistrat. Il encourt jusqu’à un an de prison. En avril dernier, Omar Radi avait critiqué via twitter le verdict rendu envers les militants du mouvement Hirak dans le rif. Dans la continuité du mouvement du 20 février, le Hirak exige justice sociale et liberté dans un pays où le Makhzen (privilèges liés au pouvoir monarchique) règne en despote. La forte répression de ce mouvement (des centaines d’arrestations, cas de tortures, condamnations lourdes, occupation quasi militaire de la région) n’est pas circonscrite uniquement à cette région du Maroc mais également dans le reste du pays (notamment à Imider), où la seule réponse du gouvernement est la répression.… Lire la suite

Massacre en Irak

Ce texte est la traduction d’un article de nos camarades de l’ Organisation d’une Alternative Communiste en Irak.Cet article fait suite aux deux articles déjà paru sur notre site. Les milices des partis politiques islamistes au pouvoir commettent un atroce massacre près du pont Sanak Un groupe de criminels armés, affiliés aux partis politiques islamistes au pouvoir et aux autorités para-militaires, a tiré à balles réelles sur les manifestants sans défense rassemblés près du pont Al-Sanak à Bagdad, commettant ainsi un massacre laissant pour mortes plusieurs dizaines de jeunes protestataires et blessant plusieurs centaines d’entre eux dans la nuit du 6 décembre 2019. Ce crime affreux n’a pas eu lieu par hasard et n’est pas la responsabilité d’une seule personne, tout indiquant la complicité des autorités militaires et de sécurité avec les milices armées des partis au pouvoir pour la réalisation de ce massacre et pour en faciliter l’exécution. En plein cœur d’une étouffante crise politique et intellectuelle à laquelle les différentes factions, courants et milices font face du fait du soulèvement populaire, les partis politiques tentent de s’absoudre de ce crime ou de l’utiliser pour leurs propres intérêts tactiques dans leurs rivalités, afin de consolider leur contrôle sur la détresse des masses.
Les partis islamistes et nationalistes bourgeois au pouvoir, leur milices, leurs blocs parlementaires et leurs factions rivales forment un front uni, sanglant et sans pitié contre les protestataires.
Lire la suite

Débuts d’un soulèvement en Irak

Notre camarade Muayad Ahmed, actuellement en Irak nous a permis de traduire cette analyse qu’il a rédigé et qui a été initialement publié par Alliance for Workers Liberty en Angleterre. Pour lui la situation en Irak est sans précédent depuis 2003… Un rapport conjoint des ministères irakiens de l’Intérieur et de la Défense a confirmé les chiffres de 104 mort.e.s et de 4000 blessé.e.s – mais d’autres sources annoncent plus de 150 mort.e.s par balles et 6000 blessé.e.s dans les manifestations de ces dernières semaines. Des centaines de personnes ont été emprisonnées. Il s’agit d’une réponse violente envers des manifestations pacifiques des résident.e.s… Lire la suite

Vicenzo Vecchi : liberté pour les prisonniers politiques

Vicenzo Vecchi, peintre en bâtiment de 46 ans, risque d’être extradé en Italie pour répondre à une condamnation prononcée il y a 18 ans. Alors âgé de moins de 30 ans, il avait fait parti de ceux qui s’étaient soulevés contre la venue en 2001 du G8 à Gênes. Pendant ces manifestations, les policiers italiens ont tué le 20 juillet le génois Carlo Giuliani et ont torturés le 22 de nombreux·ses militant·e·s dormant à l’école Diaz. Pourtant l’Italie de Salvini et de Di Maio préfèrent s’en prendre aux militant·e·s anticapitalistes. Vicenzo Vecchi a été condamné en 2007 pour s’être opposé aux néofascistes du Movimento Sociale Fiamma Tricolore puis en 2009 à 12 ans de prison pour son opposition à la grande messe des États capitalistes triomphants. Le gouvernement italien MC5-Ligue qui se veut « anti-système » montre bien là ce qu’il est en réalité : un gouvernement aux ordres de sa bourgeoisie et de sa police qui n’ont toujours pas digéré l’humiliation qu’elles ont subie en 2001.… Lire la suite

Interview de Muayad Ahmed, révolutionnaire irakien

Muayad Ahmed est un communiste révolutionnaire irakien, auparavant secrétaire du Parti Communiste Ouvrier d’Irak (PCOI). Lui et plusieurs autres militant·e·s ont quitté le PCOI l’été dernier. En visite à Londres, Muayad a présenté leur nouvelle organisation à l’organisation britannique Alliance for Workers’ Liberty (organisation trotskyste). Ce texte est la traduction en français de l’article publié par Alliance for Workers’ Liberty dans leur journal Solidarity le 31 octobre 2018. Nous avons formé une nouvelle organisation, dénommée Organisation pour une Alternative Communiste en Irak (OACI). En juillet dernier, nous avons rédigé une première déclaration, présentant notre programme et tâches à réaliser en 34 points.… Lire la suite

Mexique : soutien aux étudiant·e·s

Depuis fin juillet, les étudiant·e·s au Mexique construisent la grève pour dénoncer le fonctionnement antidémocratique de l’université, la baisse des financements et le risque d’augmentation des frais d’inscription. Lors des dernières manifestations et assemblées générales les étudiant·e·s ont subi de violentes attaques faisant plus de 14 blessé·e·s par des groupes para-étatiques (les « porriles » ou « porros ») notamment le 3 septembre dernier. Les étudiant·e·s des Juntas Defensivas Universitarias ont rédigé le communiqué suivant pour dénoncer la répression et les diffamations diffusées à leur encontre. Au mouvement étudiant, travailleuses et travailleurs,organisations et médias libres, À travers ce texte, nous, organisations et individus signataires, souhaitons dénoncer les diffamations et attaques que le journal mexicain Excelsior a publiées à l’encontre de différents activistes, parmi lesquels Nahum Perez Monroy, militant politique en master à l’Université Nationale Autonome du Mexique et militant du collectif « Ensemble pour la défense de l’Université » (Juntas Defensivas Universitarias), ainsi que les activistes et professeurs d’université Gilberto Ramirez et Mario Benitez.… Lire la suite

Hirak : un an de luttes !

Le dimanche 19 novembre 2017, un événement tragique a encore secoué le Maroc : 15 femmes sont mortes piétinées dans un mouvement de foule lors d’une distribution d’aide humanitaire après une bousculade meurtrière à Sidi Boulaalam, à 60 km d’Essaouira, soulignant ainsi l’état d’extrême pauvreté dans lequel certaines régions du Maroc sont plongées depuis des décennies. Ainsi au Rif, dans une autre de ces régions, une année vient de s’écouler après le déclenchement du plus grand mouvement de contestation que le pays ait connu depuis l’arrivée au pouvoir en 1999 du roi Mohammed VI. Le 28 octobre 2016 dans la ville d’Al Hoceïma, Mouhcine Fikri, vendeur de poisson, était broyé dans un camion poubelle en essayant de récupérer sa marchandise, le tout sur ordre de la police.… Lire la suite