Ordonnances Macron : L’heure des attaques

Ordonnances Macron : L’heure des attaques
Briser les solidarités, faire baisser les salaires Au sortir de la Première Guerre mondiale et consécutivement à la Révolution russe, la loi consacre en France, dès 1919, la supériorité des conventions collectives sur le contrat de travail individuel. Au fil des ans et selon les rapports de force, ces conventions, négociées entre syndicats et représentant-e-s des employeur-euse-s ont défini les statuts des différentes catégories de salarié-e-s et fixés les salaires en deçà desquels ils et elles ne pouvaient être employé-e-s. Avec la grève générale de juin 1936, elles ont été étendues par arrêté et deviennent d’application obligatoire au plan national et à l’échelle de toute la branche professionnelle concernée.… Lire la suite

Victoire pour les grévistes de Campanile !

Victoire pour les grévistes de Campanile !
Après 43 jours de lutte, les grévistes de Campanile Tour Eiffel arrachent la victoire ! Retour sur une grève victorieuse…. Les salarié-e-s grévistes de l’hôtel Campanile Tour Eiffel ont obtenu satisfaction de leurs  revendications après 43 jours de grève. Depuis le 16 mai, elles et ils ont enchaîné les actions : rassemblements devant les différents hôtels Campanile (à la Villette, Porte de Bagnolet, Suresnes, et devant le siège du Louvre Hotels Group), interventions à la radio, à la Fête de Lutte Ouvrière, et aux réunions du Front social, que leur syndicat CGT HPE (hôtels de prestige et économiques) a rejoint, mais aussi une soirée de solidarité dans le 15ème arrondissement.… Lire la suite

Tou.te.s dans la rue le 19 juin

A l’appel du front social, manifestation à Lyon le 19 juin à 18h au départ de Hôtel de Ville. Ne laissons pas de répit à ce gouvernement de flics et de patrons ! Nous connaissons déjà les intentions offensives de Macron contre le code du travail et nos conditions d’existence. Ne lui laissons aucun délai pour appliquer ses mesures antisociales : le temps est à la mobilisation, pas à la négociation ! La loi El Khomri permet aux accords de branche et d’entreprise de s’appliquer même en étant moins favorables aux travailleurs que le code du travail. Macron prévoit d’étendre ces abus aux salaires et au temps de travail : c’est la remise en cause du SMIC et des 35 heures.… Lire la suite

[Sur les piquets de grève] La santé n’est pas une marchandise !

A l’appel de différents collectifs et syndicats, les personnels soignants de nombreuses hôpitaux psychiatriques du département se sont réuni.e.s ce lundi devant l’Agence Régionale de Santé pour protester contre les coupes budgétaires, la dégradation des conditions de travail et de soin. Les politiques d’austérité pèsent tout particulièrement sur le secteur de la santé mentale, trop pour rémunérateur pour la cupidité des capitalistes qui pourtant s’échinent à le rendre rentable (suppressions de postes, de lits, externalisation de nombreux services et autres économies morbides). Ainsi, le manque criant de moyens comme la pression permanente exercée sur les travailleuses et travailleurs par leur hiérarchie deviennent les conditions « normales » d’exercice de la psychiatrie.… Lire la suite

Grève à Campanile: la détermination est intacte

Grève à Campanile: la détermination est intacte
À Paris, au cœur de la capitale française, les travailleuses et les travailleurs de l’hôtel Campanile, l’une des filiales de Louvre Hôtels Group, le géant du monde de l’hôtellerie, nous donnent à nouveau un bel exemple de solidarité et de détermination dans la lutte pour l’amélioration de leurs conditions de travail et contre la discrimination syndicale ! Épaulé-e-s par la CGT-HPE, les salarié-e-s de l’hôtel Campanile Tour Eiffel sont parties en grève illimitée, pour la seconde fois, le 16 mai à 9h. En effet, après la belle grève victorieuse de 28 jours de mars-avril 2016, qui s’est soldée par • la fin de la sous-traitance suite à l’internalisation des femmes de chambre, une baisse des cadences de 25%, • le passage des mensualisations des femmes de chambre de 86h67 à 108h33 et de l’aide hôtelière à 130h • deux réceptionnistes à temps complet avec une augmentation importante des salaires, • l’obtention de 75% du 13ème mois.… Lire la suite

L’instabilité du capital

Monsieur Macron, Madame Le Pen et la recomposition des fronts internationaux

L’instabilité du capital
A l’issue du premier tour de l’élection présidentielle, on sait qu’Emmanuel Macron affrontera Marine Le Pen dans la dernière course à l’Elysée. Au-delà des considérations spécifiques qu’il permet de faire sur l’état des forces politiques en France, il ne faut pas manquer d’analyser ce scrutin dans le cadre plus large qui est le sien : celui d’une recomposition des rapports de force internationaux sur fond de crise de la mondialisation – c’est-à-dire une crise de la forme actuelle de la circulation du capital. Même s’il est encore trop tôt pour vérifier empiriquement une tendance de long-terme, pour la première fois depuis trente ans, la croissance du commerce international s’est affaissée sous la courbe de croissance de la production en 2016.… Lire la suite

Shaoyo Liu assassiné par la BAC : comment ces gens-là peuvent-ils ne pas avoir honte ?

Shaoyo Liu assassiné par la BAC : comment ces gens-là peuvent-ils ne pas avoir honte ?
Le dimanche 26 au soir, alors que la mobilisation suite au viol de Théo par un flic n’est même pas retombée, une Brigade Anti-Criminalité (BAC) a abattu Liu. Ce père de famille de 56 ans, immigré chinois, fait la cuisine lorsque les agents de la BAC en intervention pour du tapage nocturne défoncent sa porte et ouvrent le feu sans sommations. Liu est touché, il meurt devant ses enfants. Défiant toute décence, une BACeuse dit à son collègue que s’il ne l’avait pas tué elle l’aurait fait elle-même. Elle ne se cache même pas des enfants qui ont assisté à toute la scène.… Lire la suite

Vive la lutte des travailleurs sans-papiers du marché de Rungis

Vive la lutte des travailleurs sans-papiers du marché de Rungis
Après les ouvriers turcs en grève sur un chantier de métro, un nouveau mouvement de travailleurs sans-papiers fait (un peu) parler de lui en région parisienne. Depuis le 16 mars, plus d’une centaine de travailleurs sans-papiers, surtout des Maliens et des Sénégalais, occupent le hall de la tour Semmaris. Il s’agit de la société qui gère l’organisation du Marché d’Intérêt National (MIN) de Rungis dont l’État est actionnaire majoritaire. Dans ce marché de vente en gros, des milliers de travailleurs sans-papiers travaillent déjà parfois depuis vingt ans sans jamais avoir été régularisés. Bien que tout le monde soit en fait au courant de cette situation, aussi bien les employeurs que la Préfecture font mine de le découvrir.… Lire la suite

Suicide au travail : la violence de la bourgeoisie

La violence patronale et étatique est moins spectaculaire – et nettement moins médiatisée –  que la violence des prolétaires. Elle est pourtant de loin la plus pernicieuse : humiliations quotidiennes, management par la terreur, torture psychologique, sexisme, accidents du travail, épuisement, isolement, harcèlement etc. La chemise déchirée du PDG d’Air France fait pâle figure à côté des conséquences du chômage de masse, de la misère et de la répression… sans parler des bombes déversées sur les civils pendant les guerres impérialistes, de la chasse aux migrant-es ou du travail des enfants à l’échelle mondiale. Rien qu’en se cantonnant au territoire français, l’actualité fourmille d’exemples dramatiques.… Lire la suite

La clause Molière : une clause raciste et anti-ouvrière

La clause Molière : une clause raciste et anti-ouvrière
Ce jeudi 9 mars, après la Normandie, les Hauts-de-France et l’Auvergne-Rhône-Alpes, la région Île-de-France a adopté la « clause Molière ». Ce terme si joliment formulé recouvre en fait une incitation légale à la discrimination à l’embauche dans le bâtiment et les travaux publics. L’Île-de-France devient ainsi la quatrième région de France à interdire toute autre langue que le français sur les chantiers. Autrement, l’entreprise se verra interdire l’accès aux travaux publics, sauf si elle accepte de rémunérer un interprète. Les pouvoirs publics incitent donc à exclure tous les travailleurs non francophones. Notons que nos dirigeants n’ont en revanche pas jugé indispensable de défendre la langue de Molière dans les réunions de travail en anglais des directions des grandes entreprises.… Lire la suite

‹ Articles plus anciens