Crise sanitaire ? Urgence du communisme.

Lors de la première vague de la pandémie du COVID-19, le gouvernement a d’abord affirmé que les masques étaient inutiles pour cacher une pénurie, puis a laissé en première ligne le prolétariat – majoritairement féminin et racisé – exposé au virus sans protection avec pour seuls remerciement quelques applaudissements. Ensuite il a improvisé totalement le déconfinement. Ils ont choisis de se focaliser sur l’individu et sa responsabilité, plutôt que de poser le problème au niveau de la responsabilité des collectivités.  Même dans un cadre capitaliste, il était possible de faire autrement : d’autres gouvernements bourgeois, comme ceux d’Allemagne ou de Corée du Sud qui a augmenté significativement son nombre de lit d’hôpitaux contrairement à tous les autres pays de l’OCDE, ont pris des décisions bien plus efficaces et plus rapidement.… Lire la suite

Amendement anti-squat : c’est le capital qu’il faut expulser !

« Leur situation particulière a ému toute la France»Emmanuelle Wargon
Cette petite phrase récente de l’actuelle ministre du logement est un geste sincère de compassion, registre étonnant venant d’une membre du gouvernement Macron qui nous avait jusqu’à présent davantage habitué à la glorification des « premiers de cordée ». Mais à qui s’adresse cette pensée touchante ? Aux morts de la guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan ? Aux trop nombreuses victimes de féminicides ? Aux travailleurs et travailleuses licencié·es sous prétexte de crise du COVID-19 ? Rien de tout ça. Cette situation si émotionnante est celle des propriétaires dont les résidences secondaires vides sont squattées par des familles cherchant un toit où dormir.… Lire la suite

Contre l’ensauvagement du capital

Revolution murale
Une fois de plus le capitalisme traverse une terrible crise économique. Une fois de plus on demande aux travailleur·se·s, aux exploité·e·s de payer la facture… Selon Pôle-Emploi, actuellement en France métropolitaine, plus de 5 millions de personnes sont inscrites en catégories A, B, C. Il faut ajouter à cela que de plus en plus de travailleur·se·s sont employé·e·s dans des contrats précaires (3,7 millions de personnes en 2019). Comment s’étonner dès lors que le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté augmente ? Selon le dernier rapport de l’Insee, celui ci est passé de 8,9 en 2017 à 9,3 millions en 2018, soit la plus forte hausse depuis 8 ans.… Lire la suite

Retour sur la situation au Liban avec Joseph DAHER

L’Union Pour le Communisme souhaite exprimer sa plus profonde solidarité avec le peuple libanais victime de la barbarie capitaliste dans ces expressions brutales que sont le régime confessionnel libanais, la catastrophe de l’explosion de Beyrouth et la dramatique crise économique qui touche le prolétariat et les classes moyennes libanaises. Nous nous sentons solidaires des manifestations des travailleur.es de ces dernières semaines, qui affrontent courageusement les forces corrompus du régime et nous espérons qu’elles auront la plus ample résonance révolutionnaire. Nous donnons la parole à Joseph DAHER (auteur de l’ouvrage « Le Hezbollah : un fondamentalisme religieux à l’épreuve du néolibéralisme« , édition Syllepse) pour bénéficier des éclairages nécessaires à la compréhension de la situation localement.… Lire la suite

Castex démission

Soigne et tais toi
Pourquoi le Ségur de la Santé ne nous convient pas. Monsieur Hopital 2005 Jean Castex n’est pas l’inconnu issu de la société civile qu’on a bien voulu nous présenter. Il est monsieur Hôpital 2005, grand adepte de la casse du service public et en grande partie responsable du fait qu’il manque aujourd’hui plus de 15000 lits pour accueillir des malades. Il a également contribué à l’accélération de la fermeture des maternités en France débuté lors de la restructuration des années 70. Technocrate de l’ENA et encarté chez les républicains il était  directeur en 2005 de l’Hospitalisation et de l’organisation des soins au ministère des Solidarités, de la Santé et de la Famille.… Lire la suite

Agents territoriaux en déconfinement.

Eboueurs
50 000 agents territoriaux ont travaillé sur le terrain pendant toute la durée du confinement. Dès le début de la pandémie, ils ont été mobilisé pour l’organisation du 1er tour des élections municipales. Pour la suite, ce sont surtout les agents de catégorie C des services publics essentiels qui se sont retrouvés en première ligne : ramassage des déchets, entretien des réseaux d’eau potable et d’assainissement, maisons de retraite, portage de repas et aides à domicile auprès des personnes âgées, viabilité des routes, crématorium et entretien des cimetières etc. Pour les agents en télétravail ou en autorisation d’absence exceptionnelle, une ordonnance ministérielle a permis aux employeurs territoriaux d’imposer jusqu’à 10 jours de congés.… Lire la suite

Leur déconfinement et le nôtre

Pas de retour à l"anormal
La philosophie générale du déconfinement est particulièrement inquiétante. Outre l’impression de précipitation qui prévaut depuis le début de la crise, avec son lot d’ordres et de contre-ordres, de déclarations absurdes et contradictoires, le gouvernement semble plus préoccupé de réduire les risques politiques et judiciaires liés à ses décisions que d’appliquer le plus largement possible le principe de précaution en matière sanitaire.  Ainsi, si « l’autonomie » prônée – des élus locaux, des établissements notamment scolaires – semble permettre de ne pas rouvrir un certain nombre de sites, elle déplace également la responsabilité de l’échec potentiel des mesures de déconfinement. Le gouvernement pourrait en cas d’échec – indiqué par une seconde vague épidémique – s’abriter derrière la « souplesse » qu’il ne cesse de mettre en avant, bien commode lorsqu’il s’agit de ne pas arbitrer.… Lire la suite

Les nécessités à l’ordre du jour

POUR UNE GESTION INTERNATIONALE DES CATASTROPHES, POUR UN CONTRÔLE OUVRIER SUR LA PRODUCTION Estimée à 0,6% d’après les résultats de la politique de tests à grande échelle pratiquée en Corée du Sud, le taux de létalité du virus covid 19 ne nous dit en fait rien de la dangerosité qu’il acquiert en fonction de l’organisation sociale dans laquelle il se développe. En particulier, il ne nous dit rien de sa dangerosité lorsque les mesures de distanciation sociales sont mises en échec par l’impératif de continuité de la production capitaliste : même en s’en tenant à ce taux de 0.6%, ce virus provoquerait 180 000 morts rien qu’en France s’il devait contaminer 60% de la population.… Lire la suite

Pour une grève :

COLLECTIVE ET ORGANISEE RATP, SNCF, éducation nationale, chimie sont dotés de cadres permettant à la grève d’y avoir un caractère collectif et organisé. Dans la plupart des autres secteurs, alors même que l’ultra-majorité des travailleurs.ses entourent le mouvement de leur sympathie, la gréve n’a pas encore ce caractère collectif : il s’agit de grèves individuelles d’opinion. Or, il est vital de renforcer le caractère organisé, démocratique – de la base au sommet – du mouvement, aussi bien pour l’ancrer dans tous les secteurs que pour mettre la conduite de la grève et des éventuels contacts avec le gouvernement (ou, mieux, de son boycott) sous le contrôle des travailleurs.ses… Lire la suite

Retraites : et maintenant… Que faire ?

Photos retraites
L’élan gréviste du 5 décembre a permis aux équipes syndicales de bien des établissements, publics ou privés, et plus largement à de nombreux.ses travailleurs.ses, de renouer avec l’idée qu’une victoire est possible face à l’offensive capitaliste qui cherche à briser les uns après les autres nos maigres protections face à la misère et à la précarité à laquelle veut nous condamner cette société. La réforme des retraites est un coup sévère que la bourgeoisie veut asséner à notre camp social. Par l’ampleur de la misère qu’elle promet aux ancien.ne.s, cette réforme, si elle passe, est aussi la promesse d’attaques redoublées, d’une portée inégalée, qui seront immanquablement portées à son issue contre les droits sociaux et les libertés politiques des exploité.e.s.… Lire la suite