La politique sanitaire et les deux fonctions de la bourgeoisie

Suite notamment à la parution dans le journal The Lancet d’une tribune de chercheuses et chercheurs en faveur d’un confinement « dur »  un débat se déroule entre militant·e·s en Italie, en Allemagne et au Royaume-Uni. Ce débat s’est cristallisé autour d’un appel dénommé #ZeroCovid. Pour résumer : les pour s’appuient sur la défense du prolétariat et des précaires, étant les plus exposés au virus. Les contre estiment que la mise en place d’un tel dispositif repose nécessairement sur l’idée, erronée, que la pandémie prendra fin, et qu’un confinement s’impose par la police, ce qui tend nécessairement à nourrir les tendances autoritaires des États et les contrôles aux frontières.

Cette réaction des milieux militants de gauche a pour origine la politique adoptée par les gouvernements, celle dite du « flatten the curve » (« aplanir la courbe »). Cette tendance, plutôt uniforme des États européens, dissimule cependant différences et contradictions dans la gestion de la crise sanitaire. En effet, les bourgeoisies nationales ont eu et ont encore des réactions différentes face à la pandémie, elles-mêmes n’affichent pas de continuité dans leurs choix. Cependant, dans l’ensemble, après les « grands confinements » de mars 2020 ont été mis en place des « pseudo-confinements », cette politique du « flatten the curve ».

Pourtant, il apparaît que d’un point de vue du capital, il est bien plus rationnel de confiner très durement pendant une courte période que de « confiner mollement » pendant une longue période. Quoiqu’on en pense, nous ne décidons pas des politiques sanitaires : c’est pour l’instant la classe bourgeoise qui prend les décisions. Comment s’expliquer que certaines bourgeoisies au pouvoir semblent avoir opté pour la seconde option, pour la « flatten the curve » ? Comment peut-on comprendre ce choix ? Qu’est-ce qui entre en jeu ?

Deux fonctions en potentielle contradiction

Quels que soient les pays, la classe bourgeoise a deux fonctions. La première, d’agir en tant qu’ensemble d’individus étant des personnifications de catégories économiques, elle agit alors conformément aux « lois qui dérivent de la nature de la marchandise » (Capital, PUF, p. 98). En tant que telle, elle agit donc dans le but la dépassant elle-même et auquel elle est soumise, et qui consiste à valoriser du capital. C’est la classe bourgeoise en tant qu’actrice économique.

La seconde consiste en sa fonction historique de classe. Il s’agit pour la classe bourgeoise, dans le rapport de force avec d’autres classes, de prendre ou conserver une position dominante. Dans cette perspective, elle tente de se maintenir au moyen d’institutions et de processus historiquement et géographiquement situés.

Sa seconde fonction peut entrer en conflit avec la première. Elle se trouve alors dans un rapport de force avec le capital, si son maintien en tant que classe historique paraît alors seulement possible dans la mesure où elle n’agit pas en tant que personnification de catégories économiques.

D’une certaine manière, ces deux fonctions correspondent à la distinction que fait Michael Heinrich entre classe au sens structurel et au sens historique :

« Deux significations différentes sont à donner au terme de classe sociale. Dans un sens structurel, les classes sociales sont déterminées par leur position dans le procès social de production. Dans cette mesure, une personne peut appartenir à une classe sans qu’elle ne le sache clairement. Il faut distinguer cette signification de celle des classes comprises en leur sens historique. Il s’agit, dans ce sens, de groupes sociaux que l’on peut comprendre comme se distinguant d’autres classes dans une situation historique déterminée, les membres de ces classes ont alors une « conscience de classe ».

[…]

Les classes au sens structurel ne peuvent pas être identifiées à leur forme historique : il n’appartient pas nécessairement au capitaliste de fumer le cigare et d’avoir un chauffeur, tout aussi peu que les travailleuses et travailleurs ne se laissent réduire à l’imaginaire de l’industrie et aux logements ouvriers. La disparition de ce genre de stéréotypes n’est pas une preuve pour la fin des classes, mais elle montre seulement une modification de leur figure historique. »1

La spécificité des institutions bourgeoises en France

Il serait insuffisant de seulement prendre en compte cette double fonction générale de classe bourgeoise. En effet, en terme de réactivité face à la crise sanitaire, la situation de la bourgeoisie en France est assez particulière : depuis une trentaine d’années, une réforme de la fonction publique avec pour doctrine sous-jacente que l’administration n’est pas là pour organiser, mais pour donner une direction. Le résultat est que l’État se retrouve dans l’impossibilité de réagir efficacement dans la situation pandémique : approvisionnements divers, gestions des stocks, liens entre services et nature des décisions.

Conséquences tactiques

Nous sommes amenés à conclure d’un point de vue tactique qu’il existe une contradiction potentielle entre capital et bourgeoisie. Il se peut que la fonction historique de la classe, celle de se maintenir, débouche sur une classe bourgeoise ne permettant pas au capital de se valoriser de manière optimale. C’est pour cette raison que la bourgeoisie peut prendre des décisions nécessaires à son maintien immédiat qui provoquent la baisse du taux de profit, lui permettant de se préserver de crises politiques qui mettent en jeu sa domination sur les autres classes.

Cette contradiction apparaît aujourd’hui dans la crise sanitaire : pour se maintenir, la classe bourgeoise opte pour la stratégie « flatten the curve » qui provoque une situation sociale potentiellement critique. En tant que classe devant se maintenir comme dominante, la bourgeoisie évite le confinement. Mais ce choix implique une baisse à long terme du taux de profit. Donc d’un point de vue du capital, il faut confiner durement.

Comme le débat autour de #Zerocovid l’illustre, la question des effets économiques et sociaux du confinement n’est pas tranchée. Si le confinement reflète des contradictions de classe, et les creuse, pour autant, il les accentue aussi fortement. Il a cependant également le double effet de renforcer le mécontentement social (crise politique possible) et d’écraser le prolétariat (précarisation).

La distinction que nous avons faite entre les deux fonctions de la bourgeoisie nous permet d’émettre des hypothèses sur les prochains choix de politique sanitaire en France :

a) Fonction économique : Rapport de force favorable à la bourgeoisie par rapport au prolétariat grâce à la mise en place de mesures sécuritaires et l’absence de mouvement organisé des travailleurs : pas de confinement.

b) Fonction historique : Rapport de force favorable au capital et défavorable à la bourgeoisie, elle est contrainte de confiner pour relever le taux de profit : confinement.

c) Fonctions historique et économique : Rapport de force favorable au prolétariat, la bourgeoisie est contrainte de confiner pour éviter une précarisation trop élevée et la destruction des petits capitaux : confinement.

1 Michael Heinrich, Critique de l’économie politique. Une introduction au Capital de Marx, Smolny, 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.