Situation politique inédite au Kurdistan.

Texte traduit par nos soins et rédigé par nos camarades de l’Alternative communiste en Irak sur le récent soulèvement (2 décembre) des jeunes, des travailleurs et des ouvriers.

Les flammes du soulèvement d’une jeunesse privée de droits, appauvrie et sans emploi, de masses d’ouvriers, d’employés, d’enseignants et d’exploités au Kurdistan se propagent rapidement pour s’étendre déjà dans la plupart des villes et des agglomérations des gouvernorats de Soulaïmaniyah et de Halabja.

Ce soulèvement marque une nouvelle étape dans l’histoire de la lutte des masses d’ouvriers, d’employés, d’enseignants, de travailleurs, de tous ceux qui, depuis une décennie, cherchent à parvenir à un changement radical. Ce soulèvement est riche d’expérience, d’esprit révolutionnaire et d’espoir pour un avenir meilleur que les masses laborieuses et libératrices créeront elles-mêmes, sur place au Kurdistan.

Cette révolte, quel que soit son avenir, revêt aujourd’hui une importance politique et sociale déterminante. Elle cible non seulement les autorités, mais elle affronte surtout de manière bien plus efficace qu’auparavant les forces de l’opposition islamique et nationale qui avait incendié le quartier général du soulèvement à ses débuts.

La nouvelle vague de révolte, qui a commencé avec la manifestation de mercredi dernier (du 2 décembre 2020) à Soulaïmaniyah, est une lutte révolutionnaire des habitants de deux gouvernorats contre le pouvoir corrompu, les milices de la bourgeoisie kurde et de ses courants et partis politiques, au pouvoir et dans l’opposition, y compris les nationalistes, les islamistes et les néolibéraux.

Cette dénonciation de toutes les forces nationales et islamiques bourgeoises, la radicalisation des masses et de leur conscience ont atteint un niveau tel que celles-ci sont convaincues que rien ne peut leur apporter plus que leur lutte unie et leurs conquêtes révolutionnaires. C’est ce qui a permis de franchir une nouvelle étape dans le processus de lutte révolutionnaire au Kurdistan.

Le soulèvement populaire dans ces deux provinces ouvre la brèche à son extension dans tout le Kurdistan. A Erbil, Dehouk et dans d’autres villes, la voix des citoyens a été étouffée, jusqu’à présent, par les formes les plus dures de violence et de répression. Les masses de combattants pour la liberté au Kurdistan ont un intérêt commun avec leur classe en Irak, ainsi qu’avec le soulèvement qui a eu lieu en octobre dans les villes du centre et du sud.

Les masses se sont révoltées à la fois contre le régime national islamique au pouvoir à Bagdad, mais aussi contre le système national kurde au Kurdistan. Par conséquent, il faut s’assurer qu’aucun des deux régimes ne se servent de nous.

Les masses en révolte dans les deux gouvernorats ne manquent pas d’énergie révolutionnaire. Leurs tâches immédiates et urgentes consistent à se fédérer, à établir un réseau de liens entre les forces du soulèvement dans toutes les villes pour se coordonner, et à s’organiser et coopérer entre elles de toutes les manières possibles et utiles.

L’une des tâches qui incombent directement aux personnes qui se révoltent est de former des comités et des conseils élus par les masses lors de réunions publiques dans les quartiers, sur les places, les usines et les lieux de travail, afin de pouvoir maîtriser le déroulement du soulèvement dans n’importe quelle ville et d’assurer la liaison et la solidarité avec les autres villes.

Tandis que le mouvement continue, les travailleurs, les jeunes, les femmes, les étudiants, les enseignants et les employés doivent former leurs propres syndicats et organisations pour devenir une force politique organisée et puissante dans la société.

Masses en révolte, jeunes hommes et femmes émancipés, travailleurs et masses opprimées du Kurdistan,

Votre soulèvement actuel est un acte révolutionnaire légitime. Il est nécessaire de trouver des moyens pour unifier votre lutte, pour défendre directement et immédiatement votre révolte, pour concrétiser votre volonté révolutionnaire et prendre le pouvoir et la gestion des villes.

Les institutions répressives du pouvoir n’hésitent pas à tuer, blesser, arrêter et torturer ceux qui se révoltent et elles continueront tant que le mouvement existe et respire. Par conséquent, la seule manière d’atteindre sécurité et tranquillité est d’unifier vos rangs, d’étendre le soulèvement et les luttes révolutionnaires dans tout le Kurdistan, d’intégrer davantage de masses dans vos rangs et de prendre le pouvoir entre vos mains à une grande échelle.

Nous appelons la police, les peshmerga et les forces armées à quitter les rangs du pouvoir et à rejoindre ceux du soulèvement.

Les masses en révolte au Kurdistan et la plupart des citoyens veulent renverser le pouvoir de l’Union patriotique du Kurdistan, du Parti démocratique du Kurdistan, et de leurs alliés, y compris de leurs milices, de leurs doubles administrations, de leur parlement et leur appareil répressif, et ils se sont soulevés pour atteindre cet objectif. Le moyen d’y parvenir est d’organiser les forces révolutionnaires au Kurdistan. Tant que ces pouvoirs ne seront pas renversés, tant qu’ils resteront en place, ces conditions doivent leur être imposées immédiatement :

  • La libération de tous les prisonniers politiques dans tout le Kurdistan.
  • Le paiement des salaires sans aucune retenue et le contrôle du budget, la répartition du budget et le versement des salaires par les représentants élus par les travailleurs, les employés et les enseignants.
  • Le retrait des forces de sécurité de toutes les villes du Kurdistan et le droit pour la population de manifester et de se joindre au soulèvement.
  • Toutes les milices et les forces de sécurité, ainsi que les forces armées de tout autre parti, doivent être dissoutes et abolies.
  • Si le pouvoir est entre les mains d’organes élus des masses d’ouvriers et d’employés, de la jeunesse et de ses organisations militantes dans une ville, les autorités ou toute autre force ne sont pas autorisées à les attaquer par des moyens militaires.

L’Alternative Communiste en Irak exprime ses condoléances à toutes les familles, parents et amis de ceux qui ont sacrifié leur vie dans ce soulèvement, condamne fermement les crimes commis par les forces oppressives et les tient pour responsables de ces crimes. Les tueurs et les responsables de ces crimes doivent être identifiés et traduits en justice.

L’Alternative Communiste en Irak appelle également les masses en révolte à ne pas attaquer les lieux ou les bâtiments des institutions de service public, tels que l’administration, l’éducation, la santé, ou tout autre lieu d’intérêt public, et demande de les protéger en cas d’attaque. Elle demande également que les sièges des partis au pouvoir deviennent les sièges des autorités émanant du soulèvement et des administrations municipales.

Nous luttons ensemble avec les masses en mouvement au Kurdistan pour la victoire de ce soulèvement.

2 thoughts on “Situation politique inédite au Kurdistan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.