Victoire pour les grévistes de Campanile !

Après 43 jours de lutte, les grévistes de Campanile Tour Eiffel arrachent la victoire !

Retour sur une grève victorieuse….

Les salarié-e-s grévistes de l’hôtel Campanile Tour Eiffel ont obtenu satisfaction de leurs  revendications après 43 jours de grève. Depuis le 16 mai, elles et ils ont enchaîné les actions : rassemblements devant les différents hôtels Campanile (à la Villette, Porte de Bagnolet, Suresnes, et devant le siège du Louvre Hotels Group), interventions à la radio, à la Fête de Lutte Ouvrière, et aux réunions du Front social, que leur syndicat CGT HPE (hôtels de prestige et économiques) a rejoint, mais aussi une soirée de solidarité dans le 15ème arrondissement. Ni la canicule, ni la faim et la soif (car beaucoup d’entre elles et eux ont fait le Ramadan) n’étaient un obstacle devant leur détermination !

Pendant 43 jours, ils ont réussi à faire parler de leur lutte et à la faire connaître partout, mais surtout auprès des salarié-e-s des autres filiales du groupe. Tamtam, banderoles et musique ont fait l’ambiance dans leurs rassemblements, mais aussi des prises de paroles des grévistes et des camarades qui venaient les soutenir !

Bien que la direction ait maintenu son refus des négociations pour casser la lutte pendant 43 jours, les grévistes ont riposté en affirmant leur détermination. Pour elles et eux, gagner était une nécessité: Louvre Hôtel Group, qui se veut être en France un modèle de dialogue social voulait à tout prix casser cette grève pour casser le collectif de l’hôtel Campanile Tour Eiffel. Cette lutte était principalement une lutte politique pour affirmer la force de l’action collective et syndicale, et les camarades grévistes ont une fois de plus relevé la tête en imposant leurs revendications !

Aux termes du protocole signé, les grévistes ont obtenu :

  • La mensualisation des femmes de chambre passe de 25h à 27h par semaine
  • Le passage du délégué inapte au travail de nuit en poste de jour sur le même hôtel. Son inscription au certificat de qualification professionnelle d’assistant d’exploitation est validée.
  • Un des grévistes veilleur de nuit passe à temps complet (au lieu de 3/5)
  • Les attributions de la déléguée sous directrice de l’hôtel sont rétablies
  • Une attention particulière est apportée à la rémunération de deux délégués les plus anciens sur l’établissement.
  • Une nouvelle organisation est mise en place qui met en échec la mise à l’écart des représentants de la CGT HPE.

Dans une France ou le gouvernement prépare d’ores et déjà une vraie guerre sociale contre les salarié-e-s et le monde du travail, la détermination des Camarades de Campanile Tour Eiffel est exemplaire! Pour elles et eux le recul social ne se négocie pas. « La direction comme tous les patrons, et leurs représentants jouent la montre, ils font ça pour nous démoraliser, pour qu’on lâche, et pour qu’on baisse les bras » dit Momo, délégué du personnel, gréviste de l’hôtel. « Ils n’ont pas compris que notre détermination et notre confiance dans nos forces dépassent tous leurs calculs et toutes leurs considérations ». Avec la CGT HPE, les grévistes de l’hôtel nous ont aujourd’hui démontré, une fois de plus que des travailleurs-ses déterminé-e-s, avec un syndicat au service de sa base et de sa classe peuvent arracher des victoires, et imposer des protocoles à la hauteur de leurs revendications. Un tel combat est une vraie leçon montrant que la peur peut changer de camp, et que des défaites peuvent être infligés aux patrons et leurs représentants.

AFIN de FÊTER CETTE VICTOIRE, UNE SOIRÉE DÉBAT A LIEU CE :

MERCREDI 28 JUIN 2017 à partir de 19h dans la salle du patronage laïc du 15ème, 61 rue VIOLET 75015 PARIS, Métro Commerce (L8) ou Émile Zola (L10)

< >

Réagissez