Agression à Lyon : solidarité face aux violences des fascistes !

[ communiqué commun Initiative communiste – ouvrière / Union pour le communisme ]Non aux agressions racistes et fascistes !

Deux jeunes ont été poignardés dans le quartier de Saint-Jean à Lyon par des nationalistes, le 14 février au soir. Les victimes, prises en charge à l’hôpital, sont hors de danger.

 

Nouvel épisode d’une longue série qui dépasse largement Lyon et sa région, cette agression confirme les dangers que font courir ces groupes qui se renforcent et dont les discours et les actes se libèrent au plan national.

 

La violence est toujours le produit du contexte social, culturel et intellectuel qui l’a rend possible.

 

En légitimant insidieusement les thèses racistes, homophobes et antiféministes de la droite et de l’extrême-droite et en leur donnant une tribune quotidienne, la presse, la télévision et les médias dominants portent une lourde responsabilité dans le renforcement des groupes violents et parfois armés qui se sont manifestés encore récemment dans les rues à l’occasion du prétendu  » Jour de colère « . En reculant sur la PMA, sur l’éducation à l’égalité fille-garçon à l’école, en refusant la régularisation des sans-papiers et les droits de citoyenneté aux immigrés, le gouvernement encourage ces milieux dans leur mobilisation. Manuel Valls fait de même en désignant une minorité, les Rroms, à la vindicte publique.

 

Ce contexte permet en même temps d’imposer plus facilement la dégradation des conditions de vie de la majorité, exigée par les capitalistes pour sauver leurs profits. En période de crise, le fascisme est une carte dans le jeu des classes dominantes. Une vision du monde se propage, qui légitime les rapports d’exploitation et d’oppression et débouche inévitablement sur des violences réactionnaires.

 

Combattre ces violences, c’est aussi refuser de capituler sur le terrain des idées comme sur celui des luttes sociales face à l’exploitation et aux oppressions. Il y a nécessité, de ce point de vue, d’une contre-offensive nombreuse, organisée et déterminée, dans les entreprises, les quartiers, la jeunesse scolarisée, à l’échelle de toute la société.

 

L’Union pour le communisme et l’Initiative communiste-ouvrière dénoncent ces violences contre les militants antifascistes, assurent leur solidarité aux victimes et leur souhaitent un prompt rétablissement.

Le 16 février 2014,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.