Un toit pour tous !

un_toit_un_droit

Dans un contexte de crise économique et « d’austérité » budgétaire, alors que la France est toujours la 5ème « puissance économique » au monde et que la richesse cumulée les 500 plus grandes fortunes de France atteint 330 milliards d’euros, (montant jamais atteint depuis 1996), les migrants et les étrangers sont les premières cibles. Dans toute la France, y compris dans le Roannais, des demandeurs d’asile, qui fuient des situations inhumaines, des conditions de vie dangereuses ou misérables, dorment à la rue. Ils sont pourtant encore, pour la plupart, en situation légale en France, toujours dans des démarches de droits et tous ceux et celles qui ont épuisé leurs recours risquent leur vie s’ils/elles sont expulsés. Précisons, d’ailleurs, qu’à Roanne, ils sont surtout Roms Kosovars, Albanais, Arméniens, etc.

Ainsi, l’Etat est hors la loi. Il a déjà été condamné plus d’une fois à reloger des familles qu’il avait fait expulser de leurs hébergements. Il a l’obligation légale d’héberger toute personne en détresse sociale, physique ou psychique, qu’elle soit française ou étrangère. Mais il ne le fait pas et laisse vivre et dormir dehors des familles entières, et parmi elles des personnes âgées, des femmes enceintes, des nouveaux nés, des personnes malades, etc. A Roanne, plus de 170 personnes ont été mises à la rue entre le mois de mai et celui d’août. Et aujourd’hui encore, des enfants vivent et dorment dehors avant et après être allés à l’école. Une femme seule de plus de 65 ans, asthmatique, dort sur les trottoirs de notre ville depuis le mois de mai !

Notre collectif, « un toit pour tous » – rassemblant des individus et des militants associatifs (RESF, etc.), syndicaux (Solidaires, CGT) et politiques (Front de Gauche, les Verts, Union Pour le Communisme) – revendique que l’Etat respecte tout simplement la loi et qu’il cesse sa politique xénophobe. Nous exigeons également qu’il revoie sa politique migratoire. Nous dénonçons avec la plus grande fermeté la stigmatisation et la discrimination dont sont victimes certains groupes, notamment les Roms, et alertons sur les dangers de ce genre de propos, qui rappellent les heures les plus sombres de notre histoire.
Nous pensons qu’une atteinte aux droits faite à un être humain est une menace pour la garantie des droits de ceux et celles qui se croient encore protégés.
Tout cela, nous voulons le rappeler à François Hollande, lors de sa venue à Roanne, mardi 8 octobre, alors qu’on remettra l’insigne de chevalier de l’Ordre national du mérite à Laure Déroche… Et quel mérite ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.