Quoi qu’il en coûte sauver le capitalisme

Alors que le nombre des morts dues au COVID-19 s’accroît chaque jour, les gouvernements du monde entier dérogent à toutes les règles d’équilibre budgétaire qu’ils s’étaient eux même fixés pour sauver les banques et les entreprises. Des milliards de milliards de dollars, d’euros sont engloutis en quelque heures pour tenter de repousser l’inévitable : la crise sanitaire entraînera tôt ou tard l’explosion de la gigantesque bulle d’endettement que les marchés et les entreprises ont contractés depuis 2008 et qui s’élevait fin 2019 à 322 % du pib mondial. Rien n’arrête la chute des marchés (le Dow Jones à perdu 37 % en un mois), le prix du pétrole est au plus bas, la crise s’étend au gaz de schiste provoquant un krach pire que celui de 1929.… Lire la suite

NOTES SUR L’ÉCONOMIE CAPITALISTE, L’ÉTAT ET LE CORONAVIRUS

Cette note met l’accent sur quelques circonstances économiques de long-terme qui donnent sens à la crise épidémique actuelle et à sa gestion. L’objectif est aussi d’appliquer une analyse économique manifestement abstraite, celle du marxisme, à la compréhension des éléments les plus concrets et saillants d’une conjoncture. 1- La production de médicaments, de tests, de masques, les prestations médicales, les lits en hôpital, sont des éléments constitutifs du salaire – que celui-ci soit géré par l’État, ou qu’il soit directement ou indirectement intégré au salaire des travailleurs.  2. L’objectif des employeurs capitalistes est de s’assurer le plus grand profit possible. L’objectif des travailleurs est de s’assurer le plus grand salaire possible.… Lire la suite

Lier les luttes sectorielles à la lutte générale, avancer vers la grève avec occupation !

Occupation d'usine à Bologne en 1920
Le mouvement initié le 5 décembre 2019 face aux mesures gouvernementales de baisse massive des pensions de retraites est inédit par sa durée comme par l’hétérogénéité de ses formes. La grève, explosive par maints aspects, de la RATP et de la SNCF, a été le moteur initial de la mobilisation. Elle s’est diffusée dans un grand nombre de secteurs professionnels soit sous la forme de grèves organisées – soit par la décision, prise individuellement, de dizaines de milliers de travailleurs.ses de se joindre aux journées d’action appelées par l’intersyndicale nationale. La lutte est née comme une résistance de divers secteurs du mouvement ouvrier à la mise en cause de l’un des cœurs du compromis tissé entre les classes en 1945 – l’existence de caisses de sécurité sociale délivrant des « prestations définies ».… Lire la suite

place Tahir Irak
Comme nous l’avons déjà fait à trois reprises, nous publions ici un texte de nos camarades de l’Organisation pour une Alternative Communiste en Irak. Ce texte est écrit le 3 janvier à la suite du bombardement contre Soleimani et nous partageons son analyse de la situation. De temps à autre, dans une démonstration de force, des affrontements militaires ont lieu en Irak entre l’Amérique et l’Iran via ses milices en Irak. Ces affrontements ont culminé [le 3 janvier] lorsque l’Amérique a assassiné Qassem Soleimani, Abu Mahdi Al-Muhandis et d’autres personnes lors d’un bombardement aérien à l’aéroport international de Bagdad. L’histoire des pratiques et des politiques impérialistes américaines en Irak se caractérise par des crimes de guerre, la destruction et l’occupation, la famine, le blocus économique et l’utilisation d’armes mortelles contre un peuple qui se trouve à des milliers de kilomètres, les massacres ainsi que par le déchaînement de monstres terroristes comme Al-Qaïda ou l’Etat islamique qui tuent en Irak et dans la région. L’emprise de l’Amérique sur le sort des masses en Irak depuis de nombreuses années ainsi que ses interventions militaires ont imposé à ces masses une défaite matérielle et morale, la misère économique et sociale par ses politiques néo-libérales et la démolition des structures de la société ; elle a abouti à créer les conditions propices à l’esclavage des femmes et à la division de la société selon de prétendues « composantes » religieuses et ethno-religieuses sectaires qui ont instauré et renforcé un système de quotas politiques, religieux et nationalistes. Cette dernière manifestation d’arrogance américaine s’ajoute aux crimes que les États-Unis commettent en Irak depuis des années ; elle constitue une violation flagrante de la « souveraineté » et de « l’indépendance » de l’Irak dans le contexte de l’ordre mondial bourgeois. La République islamique d’Iran, fondée sur les exécutions sommaires, les assassinats et l’esclavage, ce régime contre-révolutionnaire qui opprime les masses depuis plus de quatre décennies, est la muraille de l’Islam politique dans la région du Moyen-Orient et l’une de ses plus puissantes forces terroristes.… Lire la suite

Pour une grève :

COLLECTIVE ET ORGANISEE RATP, SNCF, éducation nationale, chimie sont dotés de cadres permettant à la grève d’y avoir un caractère collectif et organisé. Dans la plupart des autres secteurs, alors même que l’ultra-majorité des travailleurs.ses entourent le mouvement de leur sympathie, la gréve n’a pas encore ce caractère collectif : il s’agit de grèves individuelles d’opinion. Or, il est vital de renforcer le caractère organisé, démocratique – de la base au sommet – du mouvement, aussi bien pour l’ancrer dans tous les secteurs que pour mettre la conduite de la grève et des éventuels contacts avec le gouvernement (ou, mieux, de son boycott) sous le contrôle des travailleurs.ses… Lire la suite

Liberté et abandon des poursuites pour Omar Radi et tous les prisonniers politiques !

Journaliste et militant révolutionnaire Omar Radi, a été arrêté hier après-midi (26 décembre 2019) à Casablanca et placé en détention préventive jusqu’à son procès le 2 janvier 2020. Le chef d’inculpation retenu est celui d’outrage à magistrat. Il encourt jusqu’à un an de prison. En avril dernier, Omar Radi avait critiqué via twitter le verdict rendu envers les militants du mouvement Hirak dans le rif. Dans la continuité du mouvement du 20 février, le Hirak exige justice sociale et liberté dans un pays où le Makhzen (privilèges liés au pouvoir monarchique) règne en despote. La forte répression de ce mouvement (des centaines d’arrestations, cas de tortures, condamnations lourdes, occupation quasi militaire de la région) n’est pas circonscrite uniquement à cette région du Maroc mais également dans le reste du pays (notamment à Imider), où la seule réponse du gouvernement est la répression.… Lire la suite

Retraites : et maintenant… Que faire ?

Photos retraites
L’élan gréviste du 5 décembre a permis aux équipes syndicales de bien des établissements, publics ou privés, et plus largement à de nombreux.ses travailleurs.ses, de renouer avec l’idée qu’une victoire est possible face à l’offensive capitaliste qui cherche à briser les uns après les autres nos maigres protections face à la misère et à la précarité à laquelle veut nous condamner cette société. La réforme des retraites est un coup sévère que la bourgeoisie veut asséner à notre camp social. Par l’ampleur de la misère qu’elle promet aux ancien.ne.s, cette réforme, si elle passe, est aussi la promesse d’attaques redoublées, d’une portée inégalée, qui seront immanquablement portées à son issue contre les droits sociaux et les libertés politiques des exploité.e.s. Pas le choix : il faut gagner cette épreuve de force !… Lire la suite

Jusqu’ici, tout va bien : compte-rendus de la #GrèveGénérale du 5 décembre

Photo manifesatiotn
Partout sur le territoire, les grèves et les manifestations du 5 décembre ont lancé le mouvement contre la réforme des retraites. Les militant·es de l’UPC ont participé à ces actions. Lyon La journée a commencé tôt par le blocage de l’université Lyon II par les étudiant·e·s protestant à la fois contre la réforme des retraites et la précarité étudiante. Plusieurs lycées (comme par exemple Ampère Saxe ou la Martinière) ont également été bloqués ainsi que des dépôts logistiques et des axes routiers. À partir de 10h30, malgré les trains et les bus massivement à l’arrêt (1 TER sur 20 roulait), 35000 manifestant·e·s ont participer à la manifestation appelée par l’intersyndicale.… Lire la suite

Massacre en Irak

Ce texte est la traduction d’un article de nos camarades de l’ Organisation d’une Alternative Communiste en Irak.Cet article fait suite aux deux articles déjà paru sur notre site. Les milices des partis politiques islamistes au pouvoir commettent un atroce massacre près du pont Sanak Un groupe de criminels armés, affiliés aux partis politiques islamistes au pouvoir et aux autorités para-militaires, a tiré à balles réelles sur les manifestants sans défense rassemblés près du pont Al-Sanak à Bagdad, commettant ainsi un massacre laissant pour mortes plusieurs dizaines de jeunes protestataires et blessant plusieurs centaines d’entre eux dans la nuit du 6 décembre 2019. Ce crime affreux n’a pas eu lieu par hasard et n’est pas la responsabilité d’une seule personne, tout indiquant la complicité des autorités militaires et de sécurité avec les milices armées des partis au pouvoir pour la réalisation de ce massacre et pour en faciliter l’exécution. En plein cœur d’une étouffante crise politique et intellectuelle à laquelle les différentes factions, courants et milices font face du fait du soulèvement populaire, les partis politiques tentent de s’absoudre de ce crime ou de l’utiliser pour leurs propres intérêts tactiques dans leurs rivalités, afin de consolider leur contrôle sur la détresse des masses.
Les partis islamistes et nationalistes bourgeois au pouvoir, leur milices, leurs blocs parlementaires et leurs factions rivales forment un front uni, sanglant et sans pitié contre les protestataires.
Lire la suite

Et demain ? La grève !

La grève contre la réforme des retraites débute par une journée au cours de laquelle l’action aura été massive,populaire et déterminée. Dans plusieurs secteurs, la grève oscille entre des taux forts et historiques : il en est ainsi de la RATP, de la SNCF, de l’éducation, mais aussi des raffineries et du secteur de l’énergie. De même, les salarié·es du privé ont commencé à se mobiliser, permettant un mouvement large, se plaçant parfois nettement dans la continuité du mouvement des Gilets Jaunes. Nous avons les manifestations de masse. Bien sur, il faut manifester avec détermination, sans laisser la répression policière nous intimider, et permettre au plus grand nombre de participer à ces moments d’action.… Lire la suite